Evry Centre Essonne et les Fonds Européens, le-republicain.fr

Le Mercredi 11 Mai 2011, écrit par FH

Au coeur du terrain politique, l’Europe fait débat : faut-il en sortir, l’euro est-il responsable de la crise ?…


Pour autant, au quotidien et à l’image des autres collectivités, l’Union européenne participe à des projets en leur apportant des financements. C’est le cas à Evry, où la chef de la représentation de la commission européenne en France s’est rendue, jeudi 5 mai. En effet, dans le cadre de la journée de l’Europe, célébrée lundi 9 mai, le député-maire d’Evry et président de l’agglomération Evry Centre-Essonne, Manuel Valls, avait invité Anne Houtman (Photo du haut, à droite) à venir constater comment les fonds européens sont utilisés dans l’agglomération d’Evry Centre-Essonne. Ayant accepté l’invitation, celle-ci a pu visiter deux sites aux domaines très différents mais où l’Europe est à chaque fois présente. En premier lieu à Génopole, qui reçoit des aides au titre du Feder (Fonds européen de développement régional), destiné à soutenir des projets servant le développement économique des régions. Sur place, Anne Houtman s’est ainsi fait expliquer comment les dispositifs et fonds structurels européens viennent en aide à l’innovation et à la recherche.Pendant deux heures, la représentante de l’institution européenne a pu apprécier, le temps d’une grande visite guidée, tout le travail effectué par les laboratoires et entreprises de biotechnologies implantés à Evry, notamment à l’institut des cellules souches, mais aussi au centre de recherche clinique et translationnelle pour lequel l’Europe a apporté précisément 1,5 M€. Ce dernier, adossé au futur centre hospitalier sud-francilien, créera et commercialisera des traitements médicaux innovants tirés des recherches effectuées à Evry.


Fond Social Européen Florence Bellamy et Anne HoutmanL’Europe a aussi une vocation sociale. Mais au-delà de l’innovation et de la recherche, l’Europe soutient également l’insertion et l’emploi, par le biais du FSE (Fonds social européen). Ainsi, «le relais formation emploi d’Evry reçoit 850000 € de l’Europe, précise Florence Bellamy, sa présidente. Un apport européen essentiel, méconnu ailleurs mais qui est ici parfaitement dans notre culture et nous permet d’agir au plus près des quartiers». En effet, beaucoup de plans locaux pour l’insertion et l’emploi ignorent l’existence de ces fonds, qui sont pourtant venus à point nommé à Evry, lorsque le plan de relance, créé pour un an après la crise de 2008, a touché à sa fin. «Grâce à l’aide de l’Europe, nous avons pu aider un Français de Madagascar à obtenir toutes les formations complémentaires nécessaires en France pour qu’il puisse continuer d’y exercer son métier de chauffeur de bus, souligne une conseillère de la structure. Aujourd’hui, il est en CDI et a pu rapatrier sa famille». «L’Europe pourrait elle-même descendre dans les quartiers, mais cela serait trop compliqué, précise Anne Houtman. Déjà, cet argent est confié aux collectivités, ce qui est une très bonne chose parce que l’on sait bien qu’au sein d’une région riche, comme la région parisienne, il y a toujours des poches de pauvreté». Au final, il apparaît donc que les fonds européens, Feder et FSE, sont sous-utilisés. «Ils ont également la réputation d’être longs à recevoir, ajoute Anne Houtman. Mais ce n’est pas la faute de l’Europe, cela vient de la complexité du système français. Nous, nous versons l’argent à Bercy, mais ce dernier a souvent tendance à tarder dans le versement des fonds». Pour la chef de la représentation de la commission européenne, l’objectif de cette visite était aussi de recueillir des témoignages de terrain. Anne Houtman a ainsi fait part de son souhait d’améliorer le traitement des dossiers entre la commission européenne et les pays membres. Dans les prochaines semaines, elle devrait plaider pour une harmonisation des barêmes d’évaluation pour améliorer la rapidité des échanges.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*